SAINT-CIRQ LAPOPIE à 32 KMS DE VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE


SAINT-CIRQ LAPOPIE  à 32 KMS DE VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE

Du haut de son rocher dominant les paysages préservés de la vallée du Lot, le village de Saint-Cirq-Lapopie compte parmi les sites remarquables de France. Classé Monument Historique dans sa totalité, le village de Saint-Cirq-Lapopie figure également sur la liste des plus beaux villages de France.

Fasciné par le charme des lieux, comme tant d’autres artistes et écrivains, le poète André Breton avait choisi d’y élire domicile. Ce village perché est en effet particulièrement photogénique, avec ses belles demeures en pierre aux toits de tuiles brunes qui forment un ensemble harmonieux et son église gothique fortifiée qui se dresse au bord de la haute falaise. Incitant à la flânerie, les jolies ruelles fleuries du village sont bordées d’échoppes d’artisanat et de galeries d’art. Bonne promenade !

Saint-Cirq Lapopie est une commune du Lot, en région Occitanie, à 30 km à l’est de Cahors.

Le territoire de la localité, vaste de près de 18 km², culmine à 389 m d’altitude, le village lui-même surplombant le cours du Lot vers lequel le promeneur peut descendre via un agréable itinéraire. En revanche, depuis la rive, la montée vers le cœur de la commune nécessite quelques efforts !

Membre de l’association des Plus beaux villages de France, désigné “village préféré des Français” sur France 2 en 2012, Saint-Cirq-Lapopie fut habité dès l’époque gallo-romaine mais se développe au Moyen Âge, appartenant alors à la famille de Cardaillac (XIIIe). La petite seigneurie bénéficie il est vrai d’un emplacement idéal sur cet éperon qui domine la vallée, mais elle est bientôt divisée entre différentes familles. Cela n’est pas sans effet durant la guerre de Cent ans puis les guerres de Religion. Des châteaux ou maisons fortes furent détruits à l’issue de ces troubles.

Par ailleurs étape sur le chemin de Saint-Jacques, le village fut ensuite siège d’une des vicomtés du Quercy. Jusqu’au début du XXe siècle, l’économie est liée aux forêts voisines et au vignoble lotois, et la localité compte de nombreux tourneurs sur bois qui fabriquent des robinets pour tonneaux. Si l’on n’y recense plus désormais qu’environ 200 habitants permanents contre un millier au XIXe siècle, le village a conservé un charme certain avec ses habitations médiévales, sa vitalité culturelle et ses points de vue magnifiques depuis le village qui semble accroché à la roche. Saint-Cirq-Lapopie où le poète André Breton résidait en été, et où il déclara “cesser de se désirer ailleurs”, est une étape incontournable lors d’un séjour
En été, où l’on recense quelque 500 000 visiteurs de juin à septembre, une fois garé sur l’un des nombreux parkings autour du village, le plus simple est de commencer la visite de Saint-Cirq-Lapopie par les ruelles supérieures.

Le cœur historique est entièrement piétonnisé, ce qui permet de flâner au gré des venelles, des places et rues pavées (attention, certaines sont pentues). De nombreuses habitations en encorbellement datent du XIVe et du XVe siècle, présentant des toits pentus. Tout le charme de Saint-Cirq-Lapopie est d’avoir préservé son authenticité et son caractère pittoresque, même si d’agréables échoppes artisanales, quelques boutiques et des galeries d’art jalonnent le centre du petit bourg.

A noter au demeurant que l’ensemble du village est classé et protégé au titre des monuments historiques.

Pour un panorama sur la vallée et les causses, au loin, il ne faut pas hésiter à se rendre sur la plate-forme en haut des ruines du château médiéval : une table d’orientation est aménagée, et les points de vue y sont sans égal.

En redescendant, une étape s’impose au niveau de l’église Saint-Cirq et Sainte-Julitte, qui date pour l’essentiel du XVIe siècle. On remarque qu’elle a conservé une abside romane, tandis que la jouxtent les bases d’un ancien donjon et une tourelle.

Légèrement en contrebas, se situe la Maison Breton et la Maison Rignault, du nom d’un collectionneur et passionné d’art moderne, qui fit don de la noble bâtisse d’origine médiévale mais remaniée, au département. Elle est dotée d’un agréable jardin. Des expositions dédiées au Surréalisme et au poète André Breton sont proposées chaque année.
Autre lieu à ne pas manquer, la maison Daura, du nom d’un artiste catalan qui y résida avant la seconde guerre. Ce magnifique édifice qui fut un hospice au Moyen Âge accueille désormais des “Résidences Internationales d’Artistes” (réservées à de jeunes peintres, sculpteurs, vidéastes), l’ensemble étant géré par La Maison des Arts Georges et Claude Pompidou de Cajarc. Ouvert tous les jours en été. Entrée libre. Renseignements au 05 65 40 78 19.

On n’oubliera pas l’ancienne Auberge des Mariniers, dans le bas du village, qui fut acquise en 1950 par le poète surréaliste André Breton qui y passa ses vacances chaque été jusqu’à sa mort en 1966. Désormais propriété de la commune, labellisé “Maison des Illustres”, le site est dédié à la poésie et accueille toute l’année et surtout en été lectures poétiques et expositions en lien avec le surréalisme.

Des visites guidées du village sont proposées en saison. A défaut, des guides de visite sont disponibles à l’Office de Tourisme. Renseignements au 05 65 31 31 31.
Pour les amateurs de randonnée, de nombreux circuits sont accessibles depuis la commune ou la traversant, à commencer par le chemin de halage, creusé dans la falaise en direction de Cahors, et qui incluent la petite chapelle Saint-Croix (XIXe) sur les hauteurs, le belvédère du Bancourel, ou l’écluse d’Aulanac, en bord de rivière. Cartes et renseignements au 05 65 31 31 31.
Après la visite de ce joyau du patrimoine ou une randonnée, à noter enfin que l’on peut s’accorder une pause fraîcheur dans le Lot. Une plage est aménagée en bas du village, dédiée au farniente ou à la baignade (surveillée en juillet et août). Renseignements au 05 65 30 29 51.

Sur le même site, un club invite à découvrir ces paysages grandioses d’une manière singulière via des balades en canoë-kayak.